Trafic : 800 kg de cannabis saisis à Bafoussam

Publié le par nzakeuh

La brigade de recherche de la gendarmerie à Bafoussam, a intercepté, le 18 novembre dernier, un important stock de chambre indien à destination de limbé, et appartement à Presca Asangwo, actuellement gardée à vue dans la même unité de gendarmerie.
Selon le commandant de cette brigade Valery Tang, initiateur de " l'opération " : " nous avons été saisis par un agent de renseignements, qui nous a fait savoir qu'une voiture a transporté des marchandises suspectes au départ de Banso, près de Kumbo, dans la province du Nord-Ouest ". Effectivement, la cargaison arrive à Koutaba (département du Noun), en passant par Jakiri. Le propriétaire de la " marchandise " ressent en elle le sentiment qu'elle est " filée " par des flics. C'est ainsi qu'elle procède à un transbordement. Quatre gros sacs de stupéfiant sont confiés à un chauffeur de l'agence de transport Expérience qui les dissimule dans son porte - bagages. Le véhicule fonce vers Bafoussam.

Entre-temps des informations reçues par les hommes au béret rouge font état de ce qu'un transbordement vient d'avoir lieu. Le dernier chauffeur n'est pas au courant de la dernière actualité. Il accélére à rompre la pédale. D'autant plus que Presca Asangwo, 29 ans lui avait proposé une somme alléchante. Sa course échoue devant une barrière de gendarmerie à Bafoussam qui ne veut rien entendre de tous les discours. Même pas d'une " négociation " comme en voit très souvent dans nos rues et axe-lourds. Une fouille minutieuse aboutit à mettre la main sur 800 kg de chanvre indien sec. Le chauffeur du véhicule et la propriétaire de cette cargaison ont immédiatement été interpellés et méditent leur sort dans une cellule de gendarmerie. Les enquêtes se poursuivent en vue du démantèlement de tout le réseau. A en croire certaines indiscrétions des appels seraient venus de plusieurs responsables, magistrats pour la plupart, pour demander la mise en liberté de Presca Asangwo, épouse d'un officier de police en service à Bekoumou, près de Bakassi. Reste que le provinces de l'Ouest et du Nord-Ouest constituent une plaque tournante du trafric du cannabis. Et que plusieurs procédures liées à ce genre de commerce, sont pendantes devant les juridictions locales. On en cultive comme on en vend.

reportage:de m.nzakeuh

Publié dans www.jeunessebafou

Commenter cet article